Démocratie

Témoignage: Difficultés pour contester les ordinateurs de vote à Aulnay

22 avril, 2007 à 21:12 | Posté par

Tous les aulnaysiens ont voté aujourd’hui sur des machines à voter (ordinateurs de vote), comme plus de un million de français.

Suite aux demandes de moratoire sur le vote électronique fait par la totalité des partis (sauf l’UMP) et de la pétition sur http://ordinateurs-de-vote.org/ j’ai voulu contester la légalité du vote sur le procès-verbal de mon bureau de vote:

En effet beaucoup de gens pensent que:

  • Rien ne garantit que son vote sera enregistré tel que l’on souhaite et personne ne peut faire la vérification (contrairement à l’urne transparente).
  • Le code source de l’urne électronique est gardé secret pour raison d’avantage concurrentiel. Comment peut-on garantir la conformité
    de ce logiciel? De plus ce logiciel n’a pas été examiné par une autorité indépendante.
  • Des possibilités et des constatations de fraude ont été relevées pour ces machines (en Italie la moitié des votes blancs étaient transformés en votes Berlusconi).
  • Il est prévu dans le code électoral un isoloir pour 300 électeurs, or dans notre bureau de vote il n’y avait qu’une machine à voter pour presque 1000 électeurs. Cela a entraîné selon moi des ralentissements importants (j’ai attendu une heure vers 11h du matin). Il faut reconnaître que la participation était la cause principale des embouteillages.

J’ai donc voulu ajouter cela au procès-verbal de mon bureau de vote. Or, malgré les appels au bureau municipal des élections qui confirmaient que j’avais ce droit en tant que simple électeur, cette requête m’a été (cordialement) refusée.

Je suis revenu 3 heures après avec le code électoral qui me confirmait ce droit mais le vice-président a refusé mes remarques au prétexte que le président était absent.

J’ai donc dû faire une visite au bureau des élections (qui heureusement était à coté de mon bureau de vote) pour qu’ils me confirment que le vice-président ne pouvait pas m’interdire d’ajout au procès-verbal. C’est donc au troisième essai que j’ai enfin pu porter les remarques que je souhaitais (principalement issues du site http://www.betapolitique.fr/spip.php?article0555).

Enfin il a fallu que je sois présent au « dépouillement » pour que les annexes que j’avais porté au procès-verbal soient signées. Sans ma présence, celles-ci ne l’auraient pas été et ces pièces auraient été invalidées.

Pourquoi une telle frilosité voire cette obstruction? Sans doute principalement par ignorance et volonté de ne pas faire de vague. Mais il faut rappeler que le seul parti qui ne demande pas de moratoire est dirigé par le candidat ex-ministre d’état, de l’intérieur, etc. qui certifie justement ces ordinateurs de vote.

Dernière remarque cocasse: Les machines à voter empêcheraient soit-disant toute fraude. Or, dans mon bureau de vote il y a eu 814 votants et seulement 810 personnes signant le registre. Il y a donc au moins 4 personnes qui ont voté deux fois.

Hervé Suaudeau

Articles similaires:

26 Réponses à “Témoignage: Difficultés pour contester les ordinateurs de vote à Aulnay”

c’est aussi sans compter la longueur de la file d’attente.
Ainsi il m’a fallu 40 min pour voter dans le bureau 13.

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown

Bonsoir.
Pour ma part, il m’a fallu environ 35 minutes pour voter au bureau N°34 !
Sachant que j’y suis arrivée à 19h58 !!
Leurs machines informatiques c’est du vrai foutage de gueule.
Ont pensent évoluer, mais réellement ont régrèssent en faites… .
Vous vous imaginez, les files d’attentes que ça engendré dans des bureaux de votes à fort nombre de personnes.
Une femme me disait même que durant l’après-midi, il y avait la queue dans toute la cour.
J’espère qu’ils nous enlèveront leurs merdes pour le second tour (?).
@+.
Issaga.

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown

Ce matin à 9h30 les résultats définitifs n’étaient toujours pas arrivés en mairie (j’y suis passé). Or le vote électronique devait rendre le dépouillement instantané, non?
A noter aussi la remarque du Parisien de ce matin sur les problèmes dus au vote électronique:
« A Noisy-le-Sec, on votait encore hier soir à 21h10. Pieds nus, Nicole Rivoire, la maire UDF, expliquait elle-même aux électeurs le fonctionnement de la machine à voter pour accélérer les opérations. Les urnes électroniques ont eu le plus grand mal à faire face a l’afflux des nombreux votants. »
La question finale est:
Aulnay-sous-Bois vat-elle abandonner les ordinateurs de vote pour le second tour, en copiant par exemple la décision du maire UMP de Saint-Malo dès hier soir?

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown

j’ ai voter dans le bureau n°9 (à coté de la clinique), je n’ai pas attendu mais je suis arriver vers 19h.Mais je n’aime pas dutout ces machine concrètement personne ne peux vérifié si les votes sont réellement crédité au candidat choisi par chaque électeur. c’est avant tout un ordinateur, il fais tout simplement ce pourquoi on l’a programmé. il y a donc toujours moyen de « bidouiller » le programme.

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown

Erreur plus de signatures que de votants ou l’inverse plus de votants que de signatures, et capacité des machines insuffisantes, en fait c’est du 80 votants/h au maximum sur 12h00 d’ouverture d’un bureau cela fait au max 960 votants (sans interruption du flux), sur un bureau 1300 si tous les inscrits venaient voter il aurait fallu rester ouvert jusqu’à minuit!!!
Par ailleurs le vote électronique est une vraie difficulté pour les personnes agées.
Pour le second tour il serait donc sage de revenir au papier l’exemple de Jérome est éloquent en plus 4 erreurs sur 800 cela fait du 0,5% d’erreur à l’echelle de la France cela donne 185 000 voix et ce n’est pas tolérable.

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown
commenter
MATHIAS CHRISTOPHE | 23 avril, 2007 à 17 h 08 min

hormis le coût des machines à voter, je ne pense pas que nous en soyons à la pratique du bourrage d’urne.
Mais reconnaissons que le principe et l’action de mettre son bulettin dans l’urne transparente au vue et au sus de tous le monde a un coté unique.
Mais il n’y a souvent personne pour le dépouillement, comment faire?

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown

Bonsoir,
Petit témoignage indirect mais tout de même intéressant.
Mon mari est allé voter hier, heureux et fier d’accomplir son devoir citoyen. Malgré mes avertissements, il n’a pas voulu croire que la municipalité avait installé partout des machines à voter. Il est donc arrivé et s’est retrouvé devant un ordinateur, à peine isolé, pour effectuer son vote.
Mon mari se trouve être informaticien et programmeur de surcroit. Face à une telle situation, il a demandé le numéro de série de la machine. Les personnes responsables de son bureau de vote l’ont regardé comme une bête curieuse bredouillant qu’ils ne l’avaient évidemment pas. Pourquoi le numéro de série? Pour remontrer exactement à la source, aux fabricants et aux logiciels.
Il m’a en effet expliqué en rentrant qu’aucune des personnes présentes ne pouvaient avoir la certitude d’avoir voté. Le logiciel de traitement appartient à une société privé qui utilise une code source à leur seul usage. Il n’y a donc aucun contrôle citoyen possible.
Et les contrôles de l’Etat sont des « foutaises » si vous me pardonnez l’expression, puisque ces codes sont protégés par un brevet ou quelque chose d’approchant. Même si l’Etat nous assurait avoir de supers informaticiens prêts à intervenir, ce qui n’est évidemment pas le cas, aucun d’entre eux n’auraient le droit d’y mettre le nez.
Maintenant soyons mauvaise langue et imaginons que la société fabricant les machines ait un patrons et des actionnaires, que ceux-ci sont plus enclins que d’autres à « bidouiller » le système. Imaginons juste une modification minime du code de programmation…. Pas besoin de plus d’explications pour comprendre la dangerosité de ces machines.
Qui a la preuve ici d’avoir voté?

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown

> Mais il n’y a souvent personne pour le dépouillement, comment faire?
Par exemple en collant des affiches, dans la rue et sur les lieux de vote, invitant les citoyens à participer au dépouillement.
Voilà une idée pour protester: portez-vous volontaire de manière insistante pour participer au dépouillement. TRÈS INSISTANTE 🙂

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown

Ce n’est pas une mauvaise idée… On se cache souvent derrière des remèdes compliqués pour une maladie qu’on pourrait guérir d’une pensée.

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown

Et oui, on est loin du « tout va bien dans le meilleur des mondes », refrain entonné par le maire et ses adjoints UMP et notamment sur les blogs.
Longues attentes, problèmes pour de nombreuses personnes, âgées notamment mais pas seulement, machines qui ne fonctionnent pas pendant de longues minutes et toujours les questions sur le code source, sur les manipulations éventuelles…
Le débat est relancé avec force, des mairies viennent même d’y renoncer. A Aulnay-sous-Bois, c’est le silence radio de la municipalité. Elle a juste fait préparer des éléments de réponses (de propagande ?) aux questions des Aulnaysiens.
En outre, puisqu’il ne peut y avoir qu’une seule urne par bureau de vote, la machine à voter, à la fois urne et isoloir, suppose un seul isoloir par bureau. Elle est donc contraire au code électoral, qui prévoit au paragraphe 2 de son article L62 un isoloir par tranche de 300 électeurs.
A Aulnay, l’ensemble des bureaux auraient du avoir au moins trois isoloirs !
Dans d’autres villes, la mise sous scellées s’est faite devant huissiers et les représentant des candidats de la Gauche et du centre.
Un exemple à sevres à la demande de la conseillère régionale et amie Catherine Candelier:
http://catherine.candelier.over-blog.net/article-10156693.html
Jeudi, le conseil municipal est réuni à partir de 21H, je poserai une question sur ce dossier pour lequel ma demande de moratoire est restée lettre morte !
Bonne journée.
Alain AMEDRO

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown

Aulnay-sous-Bois-Machine à voter : le débat s’intensifie.

Le débat est relancé sur les machines à voter dans le pays et les articles de la presse en témoigne mais aussi les décisions de maire mettant fin à une expérience couteuse. Vous pouvez trouver sur monaulnay les débats, témoignages et questionnements …

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown

Eclairez ma lanterne,
La mairie a-t-elle pris une décision ou bien choisit-elle le statut-quo ?
Sur le Site de la Mairie, cela n’est pas inscrit àl’ordre du jour du prochain conseil http://www.aulnay-sous-bois.com/conseilmunicipal/ordre%20du%20jour/ordre_jour26_04_07.htm
au fait, à 12h40, après plus de 30 minutes d’attente, et j’ai eu la réflexion d’un membre du bureau de vote : « Mais les gens ne vont pas manger » sur un ton suffisament méprisant pour être relevé.
Je rappelle que M Chaussat, 1er adjoint est président de ce bureau.
Va-t-il encore supporter dimanche 6 mai le vote électronique et sa cohue ?

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown

messieurs je vous trouve incorrects, plus que partials, et délivrants de fausses informations.
1. les bureaux comportent de 900 à 1200 votants. qui peut vraiment dire que 1,25 à 1,66 votant à la minute est lent ? franchement vous pensez vraiment qu’on peut voter puis signer en moins de temps que cela sans que des erreurs soient commises ?
j’espère bien qu’on vous verra tenir des bureaux, juste pour rire.
2. quelle ingratitude vis à vis de ceux qui se sont levés à 6h du matin et couchés à 23h30, bénévolement bien sur, pour vous faire voter ! facile de se plaindre de perdre une heure pour faire son devoir quand les autres aussi auraient aimé profité du beau temps et de leur famille !
3. et pour les villes dans lesquelles on a attendu 1h30 sans machines à voter, c’est quoi votre excuse ? la qualité du papier, les enveloppes trop petites ? qui se lance pour une pétition pour éliminer les urnes de ces villes-là ?
4. il n’y avait pas eu tant de votants depuis 1965, ca ne viendrait à l’esprit à personne que cette mobilisation est à l’origine de ces embouteillages ?
5.toutes les machines ont un numéro, le programme a un numéro et ceux-ci sont visibles sur le ticket du test contrairement à ce qui est écrit. dans chaque bureau, il est obligatoire d’éditer le matin un test du programme qui consiste à valider que chaque touche donne bien le nom prévu. cela est vérifié devant tous les assesseurs et les déléqués représentant tous les candidats. et ce test est imprimé, signé par tous et consigné dans le proces verbal en double exemplaire. ce procès verbal est disponible aurpès des secrétaires de tous les bureaux. monsieur Amédro a signé au fait ?
6.les machines et le programme est vérifié par le bureau Véritas sur 114 points. cet organisme est un organisme international indépendant. merci d’éviter de dire des conneries.
7. fraude ??? je me retiens de vous attaquer pour diffamation!
les écarts que vous donnez ne sont pas liés aux machines. il a toujours existé même avec du papier. je tiens des bureaux depuis 1986, j’ai vu cela à toutes les élections. la raison est toujours la même, des gens votent et ne signent pas malgré la vigilance du bureau. ici, les gens faisaient tellement de bruit malgré les appels au silence que l’on avait un mal fou à entendre les bips de validation, d’ou une ouverture doublée par le président pour le même électeur. sur mon bureau il y a eu une voix d’écart pour 944 votants. et sur toute la ville l’écart est de 9 sur 33283, soit 0,02 % !!!! inadmissible ????
8. combien d’entre vous ont assisté au dépouillement pour vérifier ce que disaient les machines ? combien ont interrogé les membres des bureaux pour savoir si « on trichait ». facile la critique faite de son fauteuil avec la zappette dans la main ? j’espère que vous avez confiance dans le fabricant de votre zappette dont les vilains actionnaires veulent absolument que vous regardiez les pubs de merde !
enfin, je trouve cela assez cynique de se plaindre quand on a l’impression de « perdre » les élections, alors que je ne vous ai pas entendu quand le résultat aux européennes et au référendum vous apparaissait comme favorable.
alors citoyens, vous venez quand tenir des bureaux ? grace à vous, tout le monde aura confiance, non ?

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown

Mon cher Frank,
Je dois comprendre que je suis un bien mauvais citoyen.
J’ai déjà participé à plusieurs élections en tant que membre du bureau. Mais voila cette fois, cela était sans moi.
Je peux croire encore que la critique ne puisse que faire avancer les choses.
Je pense pas que la fraude existe. Je dis que l’on ne met pas tout en marche pour l’éviter.
Je ne veux pas revenir sur chacune de vos affirmations.
Mais Vous nous parlez d’un bureau de vérification.
http://www.bureauveritas.fr/homepage_frameset.html?refpart=http%3A%2F%2Fwww.google.fr%2Fsearch%3Fq%3Dveritas%26ie%3Dutf-8%26oe%3Dutf-8%26aq%3Dt%26rls%3Dorg.mozilla%3Afr%3Aofficial%26client%3Dfirefox-a
Sans douter, de leur grande valeur, j’espère que leur travail est de meilleur qualité que celui de Rina.
http://www.rina.org/
Rina, vous savez, c’est l’organisme de contrôle de l’Erika, célèbre bateau qui s’échoua sur nos cotes.
Alors si on ne veut pas que notre démocratie s’échoue sur un petit récif, faisons le choix de revenir à un mode de vote classique.

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown

monsieur Burlot, j’apprécie assez souvent vos remarques et vous savez que je peux tout à fait comprendre un point de vue différent, mais je n’admets pas les mauvais procès. je peux tout à fait admettre que l’on préfère les urnes et le papier, les scrutateurs et les soirées interminables. cela je l’admets. mais laisser penser que ce système n’est pas sérieux (je rappelle que ce n’est qu’une simple calculette qui fait une addition), que l’on peut frauder, vouloir en profiter pour frauder, et que le temps d’attente y est lié, cela est évidemment faux, mensonger et non dénué d’arrière pensée politique.
ne faites pas les amalgames que vous récusez par ailleurs: est-ce qu’un bureau de controle fautif entache la profession ? si oui que devrait-on dire des fonctionnaires, des profs, des politiques, des garagistes, des jeunes de banlieue ? n’est-on pas dans le camp des bons tant qu’on n’a pas démontré l’inverse ? ne serait-ce plus vos valeurs ?
enfin, mais là c’est un conseil, ne comparez pas Veritas à Rina, vous pourriez avoir des ennuis judiciaires (diffamation) si leurs services surveillent l’usage de leur nom et de leur réputation.

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown

Cher M. Cannarozzo,
Je ne vois pas pourquoi vous perdez quelque peu votre retenue. Étant l’auteur du post je me sent principalement visé par vos remarques et je me permettrais donc de vous répondre points à points souvent à la première personne.
J’ai l’intime conviction que les ordinateurs de vote sont un problème pour notre démocratie et je ne suis pas le seul (regardez simplement les sondage de ce site).
Je ne désespère pas vous convaincre car vous êtes, je crois, capable de raison.
1 – Sur la lenteur des machines: Le code électoral précise qu’il faut un isoloir pour 300 inscrits. On est loin du compte avec une seule machine par bureau. De plus, les embouteillages ont été causés par une attente devant les machines alors que dans les autres villes cela était dû à une attente devant les registres => Le vote électronique est donc plus lent (même si je ne sais pas de quelle proportion). Par contre, je concède sans état d’âme que la principale raison des embouteillages étaient l’affluence. De toutes façon ce n’est pas le point le plus problématique.
2 – Les gens qui se sont levés levés à 6h du matin et couchés à 23h30 dimanche ne sont aucunement cible de ces critiques. Donc pas d’ingratitude. Je les respecte profondément (car j’ai déjà été à leur place) et je suis resté avec eux jusqu’au bout.
3-Pour les villes dans lesquelles on a attendu 1h30 sans machine à voter: Répondu au point 1. Le vote électronique est de toute façons plus lent, cela aurait été pire. Je rajouterais une question: Pourquoi alors certaines villes abandonnent ce genre de suffrage?
4-Sur l’origine principale des embouteillages aux « urnes »: Je suis d’accord avec vous pour conclure que cette (heureuse) mobilisation est à l’origine PRINCIPALE de ces embouteillages.
5- Sur les tests faits le matin pour vérifier la validité de la machine: Étant informaticien je vous assure que ces tests et vérifications ne sont aucunement une garantie pour le scrutin. D’ailleurs de nombreux cas de fraude ont été relevés dans beaucoup de pays malgré ces tests, d’où l’abandon progressif de ce genre de machines à l’échelle mondiale (sauf la France). Mais de toutes façons, fiable ou pas fiable, ce qui compte c’est la confiance de l’électeur dans ce mode de désignation, et cette confiance est entachée. L’électeur doit avoir un maximum confiance dans son vote : c’est le fondement de la démocratie
6- Sur l’oganisme Véritras qui contrôle les machines à voter: C’est justement eux qui avaient certifiés les tribunes de Furiani avant qu’elles ne s’écroulent. Alors eux aussi peuvent dire des « conneries » (je reprends votre terme qui m’était désigné). Plus fondamentalement: l’électeur ne doit pas s’en remettre à une autorité (fusse-t-elle indépendante) pour justement qu’il désigne qui va avoir autorité sur son pays. Et lorsqu’en votant, je délègue mes pouvoirs à un président de la république, je dois être totalement libéré de toute autorité pour prendre ma décision. Je dois aussi pouvoir vérifier le scrutin moi-même quelque-soit mon niveau d’instruction; cela n’est plus possible maintenant car je suis obligé de faire confiance à Véritas.
7- Sur la fraude: Un procès pour diffamation? Je n’attends que cela! Quoi de plus belle occasion de prouver votre refus du dialogue démocratique. Plus sérieusement, je n’ai pas affirmé qu’il y avait fraude mais que la fraude était possible. Je rappelle qu’en Italie la moitié des votes blancs étaient transformés en votes Berlusconi. En 2003 en Belgique une urne électronique à rajouté subitement 4000 voies à un candidat (je ne parle pas des fraudes massives aux États-Unis) Par contre j’affirme haut et fort que le vote électronique n’est sûrement pas le bon moyen pour éviter les fraudes et les erreurs. C’est même potentiellement un moyen de faire des fraudes massives de façon indétectables.
8- Pour la critique faite de son fauteuil avec la zappette dans la main : J’étais dans les bureaux de votes pendant quelques heures (car mes démarches ne m’ont pas du tout été facilitées alors que j’étais dans mon droit). Je suis resté aussi pendant le « dépouillement » pour faire valider mes remarques sinon elles auraient été passées à la trappe. Je n’ai donc pas eu le temps de voir les pubs « de merde » (je suis d’accord avec ce terme quoiqu’un peu inconvenant pour un élu répondant aux citoyens que nous sommes).
Je vous remercie car pour une fois je n’ai pas eu la critique vide de sens: « Alors, vous êtes contre le progrès? » (je rappelle que je suis informaticien et forcément très intéressé par les nouvelles technologies).
Je suis heureux d’avoir eu votre avis sur cette discussion et j’espère avoir fait un peu avancer le débat.
Si vous le souhaitez je me tiens à votre disposition pour en parler à un moment de votre choix.

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown

M. Cannarozzo,
Je n’avais pas vu votre seconde réponse pendant que j’écrivais le commetaire à la première de vos réponse.
Décidément vous n’avez que le mot procès à la bouche. Avez-vous peur d’une discussion argumentée?
Je pense aussi qu’on peu discuter sans s’envoyer des remarques partisanes à la face. Je ne suis peut être pas de votre bord politique mais je crois que l’on pourrais discuter comme des adultes sur un problème qui justement n’est pas partisan.
Pour ce qui est de frauder une simple calculette il suffit d’en remplacer la puce et il faut 5 minutes (voir l’article de http://www.ordinateurs-de-vote.org/Machines-a-voter-recette-pour-une.html)
Quand à Erika, je ne savais pas, cela va dans mon sens.

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown

Merci à Hervé pour cette réponse très complète et je veux dire à Monsieur Cannarozo que ma critique de ce mode de vote est constante depuis 2004, en conseil municipal, dans la presse ou dans des interventions diverses et variées.
J’ai critiqué à des moments de fortes victoires, au moment du réferendum qui a été vécu pour moi comme un échec, et aujourd’hui dans un vote où le vote écologiste n’a pas fait le plein de voix, laminé par le vote dit utile.
La lucidité est une qualité, les invictives et autres annonces de procès ne grandissent pas notre débat que je juge de qualité de la part de personnes qui comme moi ne sont pas rétifs aux technologies mais veulent s’assurer qu’elles servent le bien commun.
Je maintiens qu’il y a un vrai problème sur le code source et que cette question dépasse la seule ville d’Aulnay-sous-Bois pour poser la question de la confiance démocratique. C’est un sujet majeur qui ne peut pas se regler à coup d’invectives!
Cordialement à toutes et à tous.
Alain AMEDRO

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown

Bonsoir.
Le débat est relevé là !!!, c’est bien.
Il y à des procès qui se préparent dans les coulisses de notre municipalité envers certaines personnes… .
Sérieux.
@+.
Issaga.

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown

La mobilisation continue, la Gauche et les Verts présenteront ce soir un voeu au conseil municipal d’Aulnay-sous-Bois pour demander le retrait des machines à voter dans l’attente d’assurance sur tous les points qui posent encore questions.
Je me félicite de ce voeu qui marque la prise de conscience des socialistes notamment.
Bonne journée.
Alain AMEDRO

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown

Quelques remarques avant le conseil municipal de ce soir.
Les machines à voter permettent en moyenne 1.34 votes à la minute (chiffres relevés sur un bureau où il y a eu un non stop de 8h30 à 20h40).
Soit sur les 12h00 de scrutin 965 électeurs maximum!!!
Compte tenu de l’expérience des élections présidentielles précédentes le vote au second tour à toujours une participation de 2% supérieur au 1er tour.
Il serait sage donc pour les bureaux de votes avec plus de 1070 inscrits (cela laisse une possibilité de vote pour 910 votants ce sera chargé mais jouable) de revenir au système classique avec isoloirs et urnes, pour gagner du temps sur la seule étape du processus où l’on peut gagner du temps, le choix du candidat par l’electeur.
Sans accuser personne de fraude force est de constater, (effectivement il y a le bruit de la cinquantaine de personne qui fait la queue pendant 45 minutes, mais il y a aussi les erreurs du président et des assesseurs qui sont soumis à une pression importante pour suivre pendant les + de 12h la cadence importante de passage des votants) qu’il y a plus d’erreurs avec le vote électronique qu’avec le vote traditionnel dans l’urne, il serait intérressant de faire un bilan du vote (vote pris en compte par rapport aux signatures) sur l’ensemble des bureaux de votes de la commune.

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown

Le conseil constitutionnel dans son bilan du premier tour conseille de renoncer provisoirement aux machines à voter pour le second tour lorsque des retards importants et des contestations ont été faites. (il y a eu par exemple au bureau n°38 une moyenne d’environ 1h30 de queue). La mairie sait donc ce qui lui reste à faire!
Texte intégral:
(…) Il reste que, ici ou là, l’usage des machines à voter n’est pas psychologiquement accepté, à tort ou à raison, par une part importante de nos concitoyens. Un certain climat de psychose n’y est pas étranger. Il est vrai aussi que certains modèles au moins, parce que trop sophistiqués, ont provoqué des files d’attente. Dans ces conditions, le plus sage serait sans doute, lorsque des problèmes sérieux se sont produits le 22 avril (pannes, bouchons, polémiques…), d’y renoncer provisoirement afin de mettre les prochaines échéances électorales, y compris le second tour de l’élection présidentielle, à l’abri de toute contestation. (…)

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown

Petit constat « à chaud » en sortant du conseil municipal:
– rien ne changera à aulnay.
– les machines s’est super.
– c’est une calculette pour l’un ou un processeur pour l’autre.
– c’est un peu la faute des électeurs trop nombreux
– c’est aussi un peu la faute des gentils assesseurs dévoués mais pas trop adroit.
En bref, dimanche on vote dans la pagaille (mais gentille). D’ailleurs la grogne selon notre bon maire n’a été entendu que par les présidents de bureau de « gauche ».

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown

Petit bêtisier du conseil municipal de ce soir:
– Le maire à affirmé sans broncher ce soir au conseil municipal que les « machines sont de simples caisses enregistreuses sans logiciel dedans ». Je rappelle qu’avec le modèle de machine que nous avons sur Aulnay un chercheur à réussi à la reprogrammer pour qu’elle sache jouer au échecs.
-M. Cannarozzo à affirmé « On peux vérifier le code ». Je rappelle que le code de ces machines est caché pour raisons de « secret industriel et commercial ». Bon sportif il m’a proposé de vérifier cela demain et de reconnaître son erreur le cas échéant sur son blog. Nous suivrons cela.
– On a quand même eu de la part d’un élu dont je ne connais pas le nom « il ne faut pas refuser le progrès, vous n’allez pas écrire au crayon alors que les ordinateurs existent ». On est sur un blog non? D’ailleurs demain je lance monaulnay version manuscrite et distribué sur tablettes d’argile.

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown

Je viens de faire un compte rendu plus complet de cette soirée (pleine de moment d’humour) sur mon site:
http://www.suaudeau.com/spip.php?article23

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown

Merci Hérvé (je me permets de vous appeler par votre prénom si vous n’y voyez aucun inconvénient) pour ces précisions.
Donc si je comprends bien pour la municipalité tout est beau dans le meilleur des mondes, et nous sommes juste réticents par rapport à des calculettes… C’est à croire que l’équipe municipale nous prend pour des réactionnaires bons pour des procès en diffamation et avançant des « conneries ». C’est beau de dire ça à des fervents utlisateurs d’internet, des informaticiens, ou tout simplement à des citoyens conscients et intéressés par la vie de leur commune.
Ne peut-on pas avoir de débat sur une question aussi importante que notre pouvoir souverain: le vote? On nous impose ces machines, sans que nous ayons notre mot à dire, sans pouvoir avoir accès au code source, en devant nous en remettre à une autorité « indépendante », et nous devrions dire merci et aller voter en toute confiance. Pardon, mais je ne peux m’y résoudre. Et c’est mon droit.
La question n’est pas tant de savoir s’il y a fraude ou pas. La possibilité existe. Avec l’urne et le papier, chacun pouvait se décider de son propre chef de participer au dépouillement et ainsi être sûr de ce qu’il se passe. Là, non seulement il faudrait être ingénieur pour vérifier l’ensemble du programme, mais en plus le code source n’est pas libre. M. Canarozzo, les questions que nous posons et auxquels vous répondez maladroitement sont légitimes.
Nos sommes vos administrés, en tant que tels pourquoi balayer nos contestations d’un revers de la main ?

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown