Commerces, Médias, Seine-Saint-Denis

L’Intermarché refusait les chèques en raison de son domicile

22 décembre, 2006 à 9:50 | Posté par

La grande surface d’Aulnay-sous-Bois fait parler d’elle ces derniers jours, d’abord sur France 3 Paris Île-de-France, puis dans Le Nouvel Obs et le JT de Canal +. Elle aurait fourni à ses caissières une liste de communes pour lesquelles elles ne doivent pas accepter de chèques. Une enquête interne est ouverte.

Tout commence avec une cliente de Clichy-sous-Bois qui s’est vu refuser son chèque et qui a du abandonner son caddie. L’Association française des usagers des banques (Afub) explique que d’autres clients de l’Intermarché d’Aulnay, situé à Chanteloup, se sont vus récemment refuser leur règlement par chèque en raison de leur domiciliation.

Selon des témoignages recueillis par l’Afub, les caissières de ce supermarché doivent refuser les chèques en dehors de zones Villepinte, Sevran, Les Pavillons-sous-Bois, Livry, Le Blanc-Mesnil et Aulnay et retenir le caddie du client concerné. Et de ne pas hésiter à faire appel aux vigiles. Rappelant que les commerçants sont libres d’accepter ou refuser les chèques, l’Afub écrit qu’ils ne peuvent "fonder une telle attitude sur des motifs ségrégationnistes et discriminatoires", que pourrait constituer un choix de chèque en fonction de leur provenance géographique.

Selon Le Nouvel Obs, un membre du groupement des mousquetaires, société détentrice de l’enseigne Intermarché confirme l’existence de la liste "qui a été distribuée aux caisses" de l’Intermarché d’Aulnay-sous-Bois "pendant une demi-journée le 11 décembre". Le sociétaire explique qu’il s’agissait "d’une note ayant ordonné aux caissières de n’accepter les chèques que des communes limitrophes à Aulnay-sous-Bois". "Les chèques émis par les personnes n’habitant pas le département n’étaient pas acceptés", précise-t-il. Ce membre du groupement des mousquetaires affirme que "cet acte est illégal mais c’est une maladresse, une réaction isolée de la direction d’un magasin après que des achats aient été réglés avec des chèques volés pour un montant de 8000 euros".

L’Afub a saisi la Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité (Halde) et appelle les maires des communes concernées, notamment celui d’Aulnay, à agir. De son côté, le responsable du magasin va être convoqué par la direction régionale d’Ile-de-France des Mousquetaires pour s’expliquer.

Enfin, une enquête a par ailleurs été lancée par Intermarché en interne. Un porte-parole du groupe n’a évoqué qu’un seul cas de refus: "Les circonstances exactes de la survenue de cet événement malheureux et isolé sont en train d’être étudiées, dans le cadre d’une enquête interne".
Le porte-parole ajoute: "Si de tels actes étaient confirmés, la direction d’Intermarché serait bien évidemment amenée à sanctionner une telle attitude".

2 Réponses à “L’Intermarché refusait les chèques en raison de son domicile”

les franprix de Paris effectuaient cette « discrimination » il y a 3 ans pendant au moins 2 ans : seuls les chèques des personnes domiciliés à Paris étaient acceptés. D’après eux, il était très difficile de faire un proces et donc de récupérer l’argent des éméteurs de chèques en bois résidants à l’extérieur de la commune (département?). Cela n’a jamais provoqué de scandale là bas. Je ne sais pas si se sont les mêmes raisons qui ont été invoquées pour l’intermarché d’Aulnay.

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown

Merci de cette précision magali. A priori, la raison de cette liste n’a pas été divulguée mais on peut penser que ce sont les mêmes raisons.

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown