Logement

Condamnation de Mohamed Maatoug, communiqué d’Emmaus Habitat et entretien avec lui [MAJ le 19/11]

13 novembre, 2019 à 19:57 | Posté par

Emmaus Habitat vient de nous envoyer ce communiqué:

Après avoir été condamné par le Tribunal correctionnel de Bobigny en janvier 2018,Mohammed Maatoug était de nouveau jugé pour avoir harcelé, injurié, menacé et exercé des violences psychologiques répétées ayant entraîné 60 jours d’ITT pour deux salariés du bailleur social Emmaüs Habitat. Au vu des témoignages et des preuves apportées, la Cour d’appel de Paris a de nouveau reconnu Mohammed Maatoug coupable de harcèlement moral et l’a de surcroît condamné pour envois réitérés de messages malveillants. Mohammed Maatoug a été condamné à un an d’emprisonnement dont six mois ferme sans possibilité d’aménagement, ainsi que d’une interdiction de paraître tant à la Cité de l’Europe qu’au siège d’Emmaüs Habitat à Villepinte. M. Maatoug a également été interdit d’approcher le collaborateur et la collaboratrice harcelés et a été condamné à leur verser 2000€ de dommages et intérêts chacun.
 
Claire Lanly, Directrice Générale d’Emmaüs Habitat a déclaré : « La nouvelle condamnation de Mohammed Maatoug permet de mettre à nouveau en lumière ses agissements inacceptables. Nos collaborateurs, à tous niveaux de la hiérarchie, sur le terrain comme en Direction territoriale ou au siège mais également nos prestataires, ont subi pendant des mois des pressions et des violences extrêmement traumatisantes dans leur action au quotidien. Cette décision nous apporte la sérénité nécessaire pour poursuivre notre action au quotidien auprès des habitants et travailler pour l’avenir de la Cité de l’Europe ».
 
« Emmaüs Habitat est un bailleur social engagé depuis toujours auprès des plus défavorisés, ajoute Delphine Depaix, Directrice des politiques sociales urbaines. Nos collaborateurs sont des personnes de conviction, aux grandes qualités humaines, qui s’impliquent chaque jour pour que la vie soit meilleure au sein de la Cité de l’Europe comme dans toutes les résidences d’Emmaüs Habitat. La justice nous confirme que la violence et les pressions ne sauraient entraver leur action au service de l’intérêt collectif ».
 
Cette affaire, relayée à maintes reprises dans la presse et sur les réseaux sociaux a pu nuire injustement à l’image d’Emmaüs Habitat. La justice, par ce jugement, confirme la posture malveillante de Mohammed Maatoug à l’égard d’Emmaüs Habitat et l’acharnement exercé contre ses salariés. Emmaüs Habitat salue également la décision de la Cour d’appel de Paris d’interdire à nouveau à Mohammed Maatoug de se rendre à la Cité de l’Europe pour cesser de harceler son personnel et attend la plus grande rigueur dans l’exécution de cette injonction.

Nous avons aussi eu un contact avec Mohamed Maatoug qui s’exprime ainsi:

Cette instrumentalisation de la Justice ne me surprend pas. Le dossier est creux et mensonger. Les propos venant de personnes vivant dans les quartiers ne sont pas pris en compte. Où sont les valeurs de l’abbée Pierre qui doit se retourner dans sa tombe? Il y a un mépris des habitants en colère pour ces marchands de sommeil. Il n’y a qu’à voir l’état de nos cités pour comprendre. L’injustice sociale fait partie de notre quotidien. Je fais une différence entre l’association « Abbée Pierre » et « Emmaus Habitat ». Nous continuerons à nous défendre.

MAJ le 19/11 à la demande d’Emmaüs Habiat:

1) Ce n’est pas le bailleur social qui a initié les poursuites pénales à l’encontre de M. Maatoug, mais le Procureur de la République, suite aux plaintes déposées par ses victimes.

2)  C’est M. Maatoug qui a fait appel de sa première condamnation par le Tribunal Correctionnel de Bobigny. Au vu de la gravité des faits, les juges de la Cour d’Appel de Paris ont confirmé la condamnation de M. Maatoug.

Répondre:

Nom (SVP évitez les pseudos):
E-mail (non publié) (obligatoire):
Site web:
Commentaire (obligatoire):
XHTML: Vous avez le droit d'utiliser ces tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>