Budget

La politique budgétaire de la ville vue par l’opposition

22 février, 2019 à 18:58 | Posté par

Sur le site « Aulnay Mérite Mieux », une analyse quelque peu différente de celle proposée par la majorité municipale annonce des jours sombres. Nous vous en faisons part et souhaitons que dans le respect de chacun une discussion puisse avoir lieu. Extrait:

M. Beschizza a signé le contrat triennal avec l’Etat qui l’engage à ne pas augmenter les dépenses publiques de plus de 1,3% par an et à réduire le besoin de financement, faisant même un excès de zèle, Aulnay ayant la possibilité d’augmenter ses dépenses de 1,5%. C’est un engagement risqué, d’autant plus que le Maire le dit lui-même: comment avoir une relation de confiance avec l’Etat sans connaître le devenir de la taxe d’habitation, sans connaître la réforme générale de la fiscalité locale et en ignorant tout du devenir des Territoires de la Métropole du Grand Paris ?

L’épargne nette qui sert à financer les investissements frôle le zéro fin 2018 après 3 années d’épargne négative. Le Maire est donc contraint d’accélérer les emprunts pour financer son programme d’équipements, d’autant plus qu’il veut boucler ses projets phares avant les élections !…

Le choix du Maire s’est porté sur des réalisations prestigieuses mais coûteuses, au détriment de bon nombre d’équipements publics. Est-ce vraiment répondre aux besoins des Aulnaysiens ?…

La dette explose, 139,4 M fin 2018 mais c’est loin d’être fini, au vu de plus de 70 M d’emprunts supplémentaires prévus de 2019 à 2022 !

Nous avons donc démarré notre mandat avec une épargne bien maigre et un « effet ciseaux » déjà annoncé en 2007 par M. Chaussat : des recettes en baisse et des dépenses difficiles à maîtriser…

Cette critique n’est pas une véritable actualité. Les mêmes lorsqu’ils étaient à la tête de notre ville subissaient de ceux qui y sont aujourd’hui les mêmes remarques.

Sortirons nous un jour de cet endettement que l’on retrouve aussi au niveau national?

Articles similaires:

Les commentaires sont fermés.