Centre de danse du Galion

Le centre de danse du Galion, le début de nombreux artistes

19 juillet, 2017 à 19:21 | Posté par

Tishou, photo http://www.fotocommunity.fr

Olivier Horus Consille, un champion du monde de « battle », fondateur de la compagnie 6TD, Manu Oponga, champion de «lock », un mouvement de danse, ou encore Richard MPassi, véritable précurseur de la danse hip-hop et aussi Tishou, danseuse de 38 ans, née aux 3000, tous ont débuté au Centre de Danse du Galion.

«Avant la création du centre de danse du Galion, je dansais dans les caves, dans la rue. On n’avait pas d’endroit pour s’exprimer », raconte Tishou, «Puis, on a vu la structure se créer. C’était presque trop beau pour nous ! Il y avait des miroirs partout et cela ne coûtait rien : l’équivalent de 18 € par an… »

Tishou a dansé partout dans le monde, participé aux tournées de Yannick Noah ou Laurie, et créé sa compagnie en 2010. 

Qu’adviendra t’il de ce lieu si utile aux jeunes des 3000? La disparition programmée de la barre du Galion entraîne la disparition de la salle de danse. L’association IADC, qui gère le centre, vient d’apprendre que sa subvention ne serait pas versée par la ville en 2018.

«La ville entretient le flou sur notre avenir. De ce que l’on a compris, il n’y aura pas de cours en septembre au centre de danse du Galion, même si l’accueil en studio est maintenu pour les artistes. En décembre, tout le monde devra avoir plié bagages », assure un membre du centre de danse.

Le maire crie à la calomnie. La ville assure que «tous les cours qui sont donnés aujourd’hui [au centre de danse du Galion] pourront reprendre en septembre dans différents lieux (…) ». 

Le terme « différents lieux » veut-il dire une fragmentation de ce symbole d’unité qu’était le centre de danse du Galion et sa disparition?

Source: Le Parisien

 

 

Les commentaires sont fermés.