discriminations

Brahim Naït-Balk, aulnaysien, homosexuel, chroniqueur de Fréquence Paris Plurielle se raconte

16 décembre, 2016 à 14:08 | Posté par

Brahim Naït-Balk est un habitué des médias. Déjà parce qu’il a passé plus d’une vingtaine d’années derrière le micro de Fréquence Paris Plurielle en plus de son poste de directeur Handisport. Au sein de cette radio libre qui veut lutter contre les discriminations en « donnant la parole à ceux qui ne l’ont pas souvent », il anime tous les lundis soir l’émission HomoMicro, « la radio qui se prend au mot ». Aussi parce qu’en 2009, il publie le roman autobiographique Un homo dans la cité offrant un zoom inattendu sur sa vie de jeune homme gay à Aulnay-sous-Bois.

« J’avais le sentiment que je n’étais pas normal par rapport à ceux qui m’entouraient. J’en ai énormément souffert. J’ai fait l’école buissonnière, j’ai fait des tentatives de suicides… Je me suis isolé sans vraiment communiquer avec les garçons de ma classe ou autre. J’ai le sentiment de ne pas avoir existé jusqu’à mes 30 ans. »

« J’ai moins souffert du racisme que de l’homophobie » dira-t-il à Charlie Hebdo venu le croquer en 2009.

« Je pense à moi quand j’étais beaucoup plus jeune et que j’étais enfermé dans ma cité à Aulnay-sous-Bois. Où j’étais seul et le sentiment d’être seul au monde. Je n’avais personne autour de moi pour m’éclairer ou me guider……..J’aurai dû écrire au maire d’Aulnay-sous-Bois et lui envoyer mon livre pour qu’il sache ce qu’il s’est passé dans sa ville et qu’il comprenne. Même si c’était il y a plusieurs années, quand j’ai été traîné dans les caves, brusqué et agressé jusqu’au viol, c’est aussi par des comportements des politiques qui nous font du tort. « 

La totalité de cet article est à lire ici.

Articles similaires:

Les commentaires sont fermés.