Européennes 2014, Politique, Politique - Elections

Elections européennes 2014 : présentation générale

5 mai, 2014 à 7:00 | Posté par

circonscriptions electorales europeennesLes élections européennes s’approchent à grand pas ! MonAulnay fait le point pour vous, à trois semaines du vote, dimanche 25 mai.

Rappelons tout d’abord qu’en France l’élection se déroule sur un seul tour au scrutin de liste à la représentation proportionnelle, par circonscription inter-régionale. Les sièges attribués à chaque circonscription sont répartis entre les listes y ayant obtenu au moins 5 % des suffrages exprimés, condition nécessaire mais non suffisante (puisque fonction du nombre d’élus par circonscription). En ce qui nous concerne, la circonscription Ile-de-France (comptant également les Français de l’étranger) envoie au parlement européen 15 euro-députés.

Petite nouveauté importante depuis le traité de Lisbonne, les électeurs votent également et indirectement pour le président de la Commission européenne (puisque le texte (art. 17.7) oblige le Conseil européen à tenir compte des résultats des élections lorsque celui-ci choisira la personnalité qu’il souhaite voir accéder au poste de président de la Commission, en sachant que ledit candidat sera ensuite soumis au vote des parlementaires). De fait, et pour la première fois, chacun des partis politiques européens présente son propre candidat au poste de président de la Commission européenne. Sont ainsi en lice :

A noter, les deux autres partis européens (d’orientation eurosceptique) représentés au parlement, l’Alliance des conservateurs et réformistes européens (AECR) et l’Alliance européenne pour la liberté ont fait le choix de ne pas présenter de candidat.

Le premier débat télévisé entre les principaux candidats est à regarder ci-dessous :

Articles similaires:

2 Réponses à “Elections européennes 2014 : présentation générale”

commenter
Romuald Weymann | 5 mai, 2014 à 11 h 27 min

Schizophrénie des européistes : ils s’indignent contre les atteintes à la souveraineté nationale de l’Ukraine, mais défendent une gouvernance supranationale qui constitue une atteinte à la souveraineté nationale de notre pays.
Je ne parle même pas de la mascarade autour du TCE, ou la crise européenne qui nous a conduit à renflouer à hauteur de milliards d’euro les banques européennes de certains pays.
Au nom du dieu-euro…

Derniers exemples en date des atteintes à la souveraineté nationale.
La nécessité, pour le gouvernement, de ramener le déficit public en dessous des 3%. Hollande avait pesté, martelant que ce n’était pas à la Commission européenne de lui dicter ce qu’il avait à faire pour y parvenir.

Idem pour le fameux Ayraultport, ardemment défendu par l’ancien gouvernement normal, celui d’Ayrault : la Commission européenne a récemment mis en demeure notre pays, soupçonnant l’Etat français d’avoir enfreint la législation relative aux normes environnementale.

Quid de la hausse rétroactive des tarifs de l’énergie ? Là aussi, c’est l’Europe qui, au milieu des années ’90, a imposé aux Etats européens d’ouvrir certains secteurs, comme celui de l’énergie (mais aussi des transports) à la concurrence.

Navigue avec Internet Explorer 11.0 Internet Explorer 11.0 sur Windows 7 x64 Edition Windows 7 x64 Edition
Mozilla/5.0 (Windows NT 6.1; WOW64; Trident/7.0; rv:11.0) like Gecko
commenter
Romuald Weymann | 5 mai, 2014 à 12 h 36 min

Autre exemple de la schizophrénie des européistes.

La semaine dernière, l’Assemblée nationale a voté en faveur d’un amendement présenté par les écolos et établissant la possibilité, pour un avocat, d’accéder au dossier de son client dès le début de la garde à vue de ce dernier.

Le gouvernement se montre défavorable à cet amendement, et se dit prêt à tout faire pour qu’il soit rejeté.

Mais voilà, cet amendement correspond à une directive européenne adoptée en juin 2012 et qui doit normalement être transposée dans le droit français le mois prochain…

Comment peut-on donc à la fois défendre cette UE et railler les eurosceptiques tout en se montrant hostile aux directives qu’elle pond ?

Navigue avec Google Chrome 34.0.1847.131 Google Chrome 34.0.1847.131 sur Windows 7 x64 Edition Windows 7 x64 Edition
Mozilla/5.0 (Windows NT 6.1; WOW64) AppleWebKit/537.36 (KHTML, like Gecko) Chrome/34.0.1847.131 Safari/537.36