Sports

Aulnay-sous-Bois est bel et bien une fabrique à champions

21 novembre, 2011 à 20:00 | Posté par

Un article du Parisien, datant du 29 octobre 2011, parlait d’Aulnay-sous-Bois comme une véritable fabrique à champions. Le football était ainsi à l’honneur, avec l’espoir de pouvoir jouer parmi les plus grands.

Cette réputation n’est pas mise à mal par un article paru sur le blog « lamarseillaise.fr », intitulé Cap Woman, racontant le parcours de la perchiste franco-portugaise Maria Ribeiro, qui est aujourd’hui licenciée au club SCO Sainte-Marguerite et s’entraînant à l’INSEP.

Madame Ribeiro a ainsi habité Aulnay-sous-Bois pendant plusieurs années, et a pu, au sein du Dynamic Aulnay Club, décrocher sa première sélection internationale.

Vous trouverez ci-dessous un extrait relatant de son expérience Aulnaysienne. Vous pouvez également prendre connaissance du site du Dynamic Aulnay Club, avec à l’intérieur, de nombreuses informations sur nos champions d’athlétisme.

« Maria a 5 ans lorsqu’elle arrive en France, à Saint-Denis. « Grâce à des profs qui nous ont tout appris de A à Z, et avec qui nous sommes toujours en contact », les petites Ribeiro se familiarisent avec le français. Et quand elles déménagent à Aulnay-sous-Bois, « ma mère nous a dit de faire du sport pour s’intégrer et se faire des amis ». Après trois ans de gym et un an de GRS, elle se met à l’athlétisme parce que sa grande soeur Elisabete « s’y plaisait, et que j’ai vite vu qu’elle voyageait plus que moi ». De plus, comme le petit Marseillais est appelé à taper très tôt dans la balle, le jeune Aulnaisien, lui, s’essaye forcément au saut à la perche. A plus forte raison quand la famille Homo, grande famille de perchistes, habite à deux pas. « Aulnay, c’est inoubliable ! Une très, très grande école de perche. Je ne les remercierai jamais assez »

C’est encore à Aulnay que Maria décroche sa première sélection internationale. Elle est alors cadette et tente de se qualifier pour les Mondiaux juniors en Jamaïque. « Il ne me restait plus qu’une compétition pour faire 3,85m. J’avais déjà réalisé 3,80m. Le club organisait tous les mercredis des meetings. Et j’ai réalisé les minima devant ma mère. ça aussi, c’est inoubliable ». Après Aulnay viendront les années au Racing. Et si elle a changé de club depuis, Maria vit toujours en Ile-de-France. «Je ne pense pas en sortir», dit celle qui parle légèrement pointu, prononce «Perch’lit’tour» pour «Perche Elite Tour», bref, avale les « e » que les Sudistes dégorgent.« 

 

Articles similaires:

Les commentaires sont fermés.