Education, Social

Grève des enseignants: Pas de service minimum demain

6 octobre, 2008 à 13:41 | Posté par

Suite à l’appel intersyndical à la grève dans l’éducation le mardi 7 octobre
(CFDT, CFE-CGC, CGT, FSU Solidaires, UNSA), certaines écoles risquent d’être fermées demain.
En effet, le maire d’Aulnay-sous-Bois à l’instar de sept (ajout du 9/10/08 à 23h25: vingt-six en définitive) autres maires de Seine-Saint-Denis (Bagnolet, Bondy, Clichy-sous-Bois, Les Lilas, Le Pré-Saint-Gervais, Montreuil et Pantin) a décidé de ne pas assurer le service minimum d’accueil lors des jours de grève dans l’éducation nationale. Désormais, il risque pourtant des sanctions de la part du préfet comme une révocation ou un recours au tribunal administratif.

Vous trouverez plus de détails dans l’extrait du Parisien du 02/10/2008 ci-dessous:

Parisien20081002

Les enseignants ont notamment les revendications suivantes:

  • Protestation contre les suppressions de poste (dont les postes de maîtres spécialisés dit "E" et "G")
  • Demande de revalorisation des conditions de travail et des salaires autrement que par l’instauration d’heures suplémentaires
  • protestation contre la réforme des lycées qui fait craindre une possibilité de suppression des enseignements de science en seconde et première.

Autre nouveauté pour cette grève, depuis la loi du 20 août 2008, toute personne exerçant des fonctions
d’enseignement dans une école doit déclarer au moins 48h avant la grève son
intention d’y participer.

Articles similaires:

10 Réponses à “Grève des enseignants: Pas de service minimum demain”

Le projet de loi sur l’accueil des élèves des écoles maternelles et élémentaires, que vient de présenter X. Darcos, a tout d’une machine de guerre anti-grève.
Non content d’instituer l’obligation faite aux enseignants de se déclarer individuellement gréviste auprès de l’inspection d’académie 48h avant, il institue une période préalable de 11 jours minimum, pendant laquelle l’état et les organisations syndicales doivent se rencontrer et négocier.
De plus, il interdit d’enchaîner le dépôt de préavis successifs dans l’intention évidente d’empêcher tout mouvement de grève reconductible.
Qui dis démocratie???

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown

Pour information, il y a une 8ème commune en Seine Saint-Denis ! Il s’agit de Saint-Denis.
Il n’y aura pas non plus de service minimum d’accueil comme dans les 7 autres communes citées.

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown

Bonjour
Ah quelle horreur !!!….. on ne peut plus faire la grève comme on le souhaite. ET BIEN NON !
Je suis désolée, mais oui il faut prévenir avant, car certaines personnes travaillent et n’ont pas le droit de faire grève sous peine de se faire virer. Ne pas savoir quoi faire de ses enfants le matin en se retrouvant devant l’école comme une fleur et de trouver la porte fermée, alors que bien évidemment, NOUS qui devons travailler n’avons pas prévu de poser une journée de congés (et ben oui) ou bien n’avons pas pu pointer aux heures normales et devront tout faire pour les rattraper…. C’est comme les transports en commun : dans certaines structures on vous dit : ce n’est pas parce qu’il y a grève que vous devez être en retard, prévoyez c’est tout……
alors ils me font bien rire ces maires qui décident à la place des autres, EUX ne sont ni embêtés par les gardes des enfants, ni par les transports en communs, ni de savoir s’il vont avoir une paie moins importante…… et bien non puisque de toutes façons leurs indemnités tomberont sur leur compte….
Il faut arrêter de vivre dans un monde de « petites fleurs ». Ce n’est pas ça.
C’est incroyable tout de même ! Je n’ai encore jamais vu de personnes dont le travail est extrêmement plus difficile faire grève…. C’est fou quand même non ??? dans le bâtiment par exemple……
Faire grève c’est bien, mais faire c…. les autres ça l’est beaucoup moins, les enfants en pâtissent aussi…. les écoles n’arrivent déjà pas à clôre les programmes de travail, entre les grèves, les arrêts maladie…… et j’en passe. Vive le public !
C’est tout de même rigolo, y’a qu’en Seine Saint Denis qu’on voit ça…… ça fait beaucoup hein pour le 9-3.
[NDLR: Ce commentaire est limite quand à être modéré du fait du ton provocateur et non constructif (cf. derniere phrase. Je vous pries de bien vouloir répondre en gardant l’esprit de dialogue SVP]

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown
commenter
Jean Dugas responsable du SNUipp/FSU Aulnay | 7 octobre, 2008 à 14 h 35 min

Je souhaiterai apporter quelques pécisions supplémentaires sur les raisons de l’appel à la grève dans le premier degré ce 7 octobre.
Une des questions centrale est celle du projet de budget préparant la prochaine rentrée scolaire.
Pour le premier degré (maternelles et élémentaires) sont prévus:
500 créations de postes pour faire face à la hausse du nombre d’élèves (soit 1 poste pour 34 éléves…)
500 suppressions de postes « mis à disposition ». Ce sont des postes d’enseignants qui sont mis à disposition d’associations liées à l’école publique, de structures culturelles accueuillant des scolaires (Louvre, cité des sciences…)Un « plus » supprimé…
3000 postes de stagiaires supprimés au concours de recrutement des professeurs des écoles.
Ce qui signifie que dès maintenant, le gouvernement prévoit la fermeture de 3000 postes devant éléves pour la rentrée 2010 (lorsque les futurs professeurs des écoles auront fini leur année de formation professionnelle et seront nommés dans les écoles).
3000 postes RASED fermés (près de la moitié des postes RASED dans ce pays).
Derriére les sigles, de quoi s’agit-il?
RASED: réseau d’aide et de soutien aux éléves en difficulté.
De qui s’agit-il? d’enseignants spécialisés dans le traitement de la grande difficulté scolaire ayant suivi une formation professionnelle supplémentaire sur cette question et obtenu un diplôme attestant de cette qualification.
Darkos veut donc supprimer les RASED, c’est-à-dire le dispositif permettant aux élèves en grande difficulté persistantes d’avoir une aide de personnels spécialisés… Une honte…
On comprend mieux la mise en place de dispositifs inefficaces et renvoyant hors des horaires d’enseignement du traitement de la difficulté scolaire (stages pendant les vacances pour les CM, aide personnalisée…)
Il s’agissait de fermer les postes RASED…
Pour prendre une image, c’est comme si on supprimait les spécialités médicales (cancérologue, diabétologue, chirurgien…) en expliquant aux malades: ne vous inquiétez pas… votre généraliste (l’enseignant non spécialisé) va s’occuper de vous (pendant les vacances, ou après son travail)…
L’école publique est menacée, c’est bien le pourquoi de la grève devant la brutalité et la morve de Darkos et de ce gouvernement.
Morve? exagéré? que dire d’un sinistre de l’Education Nationale qui se répand sur le théme: « les enseignantes de maternelle sont là pour changer les couches et surveiller la sieste… » Alors que la maternelle de ce pays est enviée par tous les pays européens…
Morve? que penser du Sinistre qui annonce la suppression des RASED sans un mot d’explication sur les supposées raisons de ces suppressions… Cherchez bien… il n’y a strictement aucune explications ministérielles sur la suppression des RASED…
Circulez… il n’y a rien à voir…
La prochaine étape de la mobilisation aura lieu de dimanche 19 octobre lors d’une grande manifestation nationale pour la défense de l’école associant enseignants, parents et amis de l’école publique.
Les diversions sur le service minimum d’accueil n’y feront rien… Darkos n’arrivera pas à casser l’unité parents/enseignants.
Sur cette question, notre syndicat a signé une déclaration unitaire avec entre autres les élus de gauche. Ce sont bien les 26 communes de gauche qui n’appliqueront pas le SMA. Nous nous en félicitons.
D’ailleurs dans un curieux amalgame, madame Lolo assimile les grèves et les arrêts maladie des enseignants.
Est-elle au courant que comme n’importe quel être humain un enseignant est susceptible de tomber malade et une enseigante d’être enceinte?
Que le taux d’arrêt maladie des enseignants et des fonctionnaires est identique à celui du privé?
Que des dizaines de milliers d’heures d’enseignement n’ont pas été assurées l’an dernier par manque de postes d’enseignants remplaçants?
Nul doute que nous retrouverons madame Lolo à la manifestation du dimanche 19 octobre pour exiger ces postes…
Bien cordialement
Jean Dugas
Secrétaire du SNUipp/FSU aulnay
(syndicat majoritaire des enseignants du 1er degré)
Les 26 maires de gauche du 93 refusent d’appliquer le service minimum à
l’école
PANTIN, 6 octobre 2008 (AFP) – Les maires des 26 villes de gauche de
Seine-Saint-Denis ont annoncé lundi qu’ils n’organiseraint pas de service minimum d’accueil dans leurs écoles les jours de grève: une désobéissance « courageuse » pour les syndicats, « inadmissible » pour l’UMP.
« Nous refusons d’être complices d’un gouvernement qui remet en cause le droit de grève et la qualité même du service public de l’Education nationale », a prévenu Claude Dilain, maire PS de Clichy-sous-Bois, en lisant une déclaration commune aux élus, représentants de syndicats
d’enseignants (FSU, Snuipp, SE Unsa, Sgen Cfdt, CGT Education) et de parents d’élèves (FCPE).
Lors d’une conférence de presse commune organisée à la mairie de Pantin à la veille d’une journée de grève, M. Dilain a estimé « pas normal » que « dans des compétences régaliennes de l’Etat, le gouvernement se décharge
sur les collectivités ».
Jugeant tour à tour la loi sur le service minimum d’accueil (SMA) « inique » ou « inapplicable », les représentants Verts, PS, PCF, radicaux citoyens et radicaux de gauche ont aussi mis en avant des raisons plus « pratiques » (problèmes de recrutement, de sécurité et de responsabilités) pour refuser la « garderie improvisée » qu’institue selon
eux le SMA.
Ce rassemblement « pour dire notre ras le bol et tirer la sonnette d’alarme » est « historique », a commenté Bertrand Kern (PS), maire de Pantin.
Selon le rectorat, dans 34% des écoles de Seine-Saint-Denis, plus de 25% des maîtres ont annoncé qu’ils seraient en grève mardi.
« Cette loi qui veut diviser parents et professeurs ne marche pas », a affirmé de son côté François Cochain, représentant du Snuipp, en saluant une « position courageuse » des élus. Il a fustigé « un chantage à la responsabilité inouï » du ministère sur les maires, « alors que ce même gouvernement a été capable de laisser l’an dernier des milliers d’enfants sans maîtres en ne remplaçant pas les professeurs absents ».
« Est-il républicain de refuser d’appliquer une loi qui foule au pied les principes républicains que sont le droit de grève, la libre administration des collectivités territoriales et la responsabilité de l’Etat en matière d’Education ? », a demandé Alain Periès (MRC).
Le 29 septembre, le maire PS de Paris, Bertrand Delanoë, avait annoncé qu’il se plierait à la loi promulguée: « nous sommes républicains, nous l’appliquerons », avait-il dit, tout en jugeant « peu réaliste » le délai de 48 heures fixé pour organiser le SMA.
« Sur le fond, il n’y a pas de hiatus entre Delanoë et nous-mêmes, s’il a choisi de l’appliquer », ont commenté MM. Dilain et Kern.
Les trois députés UMP de Seine-Saint-Denis ont dénoncé lundi « l’attitude de désobéissance législative inadmissible » de ces élus, réclamant au préfet « de faire appliquer la loi partout ».
shu/ed/bg

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown

La grêve est légale, donc, elle a lieu
Le service d’accueil est légal lui aussi, il doit être appliqué
Le maire doit appliquer la loi de la république
Tout ceci est indiscutable
si le maire (quelqu’il soit!!) veut faire ce qu’il veut, qu’il le fasse chez lui, ce sera dèja bien

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown

le maire doit appliquer la loi de la république
et non sa loi sans aucune information sur le site de la mairie, ni méme par courier.
merci pour le recours

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown

A M. Jean Dugas: ce qui est sinistre, c’est le manque d’imagination de la part des enseignants quant aux moyens de faire valoir leurs revendications sinon de faire « grève ». Ceux-ci ne peuvent-ils pas promouvoir d’autres actions qui ne prendraient pas en otages les citoyens? Sitting et harcèlement du ministère, utilisation intensive des médias (messages TV), ou tout simplement, grève « in situ » où les élèves auraient droit à leur « gameboy »…..
Cela leur éviterait de tomber dans le piège que leur tend à chaque fois le ministère, de droite ou de gauche d’ailleurs, qui consiste à les faire mal voir de la population…..

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown

je lis tous les commentaires concernant cette grève et le service minimum, et je remarque à quel point les superlatifs nous font oublier quelques réalités. Il y a des otages ? ah bon où sont les terroristes? désolé mais si notre société semble avoir évolué, je ne pense pas que la grève soit un moyen totalement archaïque, les autres essais n’ont rien donné à ce jour. Pourriez vous demander aussi au classes « dirigeantes d’utiliser d’autres moyens que la casse du service oublique???

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown
commenter
Germain FERRANDO | 7 octobre, 2008 à 22 h 41 min

Quelques commentaires remettent le droit de grève en question, je rappelle que c’est un droit constitutionnel, et pour ceux qui ne sont pas d’accord, qu’ils en appellent au sommet de l’Etat pour changer la Constitution.
Je suis d’ailleurs parfaitement d’accord avec M. BENSABER sur son commentaire qui indique les volontés du gouvernement de remettre en cause un point fondamental de la Constitution.
Quelques points qui n’ont pas encore été évoqués ici posent question :
La Fonction Publique d’Etat (Education nationale) transfère les responsabilités d’une grève qui la regarde uniquement sur la Fonction Publique Territoriale (Mairie d’Aulnay, entre autres). Le statut de ces deux fonctions publiques ne sont pas les mêmes, les responsabilités, les compétences et les ressources financières ne sont pas les mêmes non plus.
Une mairie, pour assurer le service minimum, devra s’assurer le concours d’un certain nombre d’agents territoriaux qui ne pourront pas être forcément titulaires (selon le nombre d’enseignants en grève) d’un BAFA ou d’un BAFD.
Celà peut poser des difficultés, il semble difficile d’assurer une simple garderie pendant une journée entière sans essayer de proposer quelques activités.
Si malheureusement, un accident se produisait, la mairie en serait logiquement tenue responsable et il semble anormal (et injuste) de reprocher à une mairie d’avoir essayé d’assurer un service minimum avec des agents pas forcément qualifiés pour le faire.
D’où la réticence logique d’un certain nombre de maires d’assurer un service minimum et de jouer ainsi avec le feu.

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown

Personne ne remet en question ici le droit de grève.
Ce que beaucoup remettent en question, c’est que certains Maires, pour des raisons strictement politiques, se permettent de mettre leur ville hors la loi, et gêner l’organisation des parents quant aux occupations de leurs enfants (le service minimum sert, pas seulement il est vrai, à permettre aux parents de continuer leurs activités professionnelles pendant les mouvements sociaux. Dois-je rappeler que l’on peut perdre une journée de salaire, ou une journée de RTT, ou même manquer à des obligations professionnelles importantes ? Certains me diront que l’éducation de leurs enfants est plus importante. Mais subvenir à leurs besoins et être capable de se payer des vacances ou des sorties l’est tout aussi).
L’éducation est une affaire nationale. Celle-ci n’est pas en crise depuis l’arrivée de Nicolas Sarkozy. Depuis la deuxième moitié des années 80s on voit le niveau des enfants baisser et le respect de l’enseignant bafoué. Et ce n’est pas les gouvernements de gauche avec l’augmentation tangible des fonctionnaires qui a permis de redresser la barre.
Le problème est plus profond, et mérite d’être débattu au delà des clivages politiques. Que l’on supprime des classes alors que d’autres soient surchargées, je conçois que ça peut paraître immoral. J’aimerais que ceux qui proteste fasse une contre-proposition qui va dans le sens du bien-être des enfants dans les classes, du programme scolaire, des activités, du respect d’autrui et surtout des enseignants…
Et ce n’est pas moi ni beaucoup de personnes qui pourront répondre avec exactitude aux maux que subit l’éducation nationale. Il y a des experts, des personnes qui ont étudié le comportement des enfants ou qui sont spécialisés dans l’éducation de ceux-ci. Et une dernière chose, quand on n’a plus d’idée ou si nos solutions ne fonctionnent pas, pourquoi ne pas se tourner vers nos voisins ? Certains pays européens ont peut-être trouvé des solutions intéressantes, la comparaison est toujours utile.

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown