Entreprises, Social

Le Parisien: Grogne des ouvriers de PSA après un licenciement

16 novembre, 2007 à 11:16 | Posté par

l’usine
PSA Peugeot-Citroën pour protester contre le licenciement d’un de leurs collègues. Le mouvement,
soutenu par la CGT et SUD, se poursuivait hier. Les syndicats parlent de 200 grévistes, tandis
que la direction donne un chiffre de 90 et précise, par la voix d’un porte-parole, que « la
production se poursuit quasiment normalement ».



«
La direction
veut faire diversion
»

Les grévistes réclament la réintégration de Brahim. Ce jeune homme de 25 ans, membre
de la CGT qui a participé au long mouvement de grève du début de l’année, risque de perdre son
emploi suite à une absence injustifiée datant du 15 octobre dernier.

« Ma mère est diabétique.
Elle a fait une crise, alors je suis resté auprès d’elle. Mais dès le lendemain, à mon retour
à l’usine, je suis allé voir la direction du montage pour régulariser mon absence. Ils m’ont
dit que ça allait s’arranger », explique-t-il. Pourtant, il y a trois jours, il apprend qu’il
est menacé de licenciement. Brahim assure n’avoir jamais reçu la lettre de convocation qui lui
avait été envoyée fin octobre, à une adresse erronée.

Pour le délégué CGT Philippe Julien, cette
sanction est une « provocation », dans un contexte où la direction du site a annoncé la fermeture
prochaine d’une des deux lignes de montage : « La direction veut faire diversion, dans un contexte
de forte mobilisation pour les salaires et les retraites. »

La direction de l’usine, elle,
insiste sur le fait que cette absence injustifiée n’était pas la première, et que Brahim avait
déjà reçu un avertissement. « Il s’agissait d’un samedi de travail supplémentaire. Dans la vie
de l’usine, le fait d’être absent et de justifier après-coup, c’est une pratique courante !
» rétorque Philippe Julien.

Gwenael Bourdon – Le Parisien édition 93 – 16/11/2007

Articles similaires:

Les commentaires sont fermés.