Amiante

Désamiantage du site CMMP : un chantier d’incertitudes – Partie 1/2

28 janvier, 2011 à 14:26 | Posté par

Le chantier en mode procédure judiciaire

La réunion d’information sur la dépollution de l’ancienne usine d’amiante a réuni environ 90 personnes hier soir dans la cantine de l’école du Bourg 1. Deltaville, l’entreprise chargée de la maitrise d’œuvre de la dépollution, avait fait venir les avocats qui aujourd’hui poursuivent l’ancien propriétaire et l’État, pour avoir caché la pollution du site. Une présentation pédagogique a fait réaliser le chemin parcouru depuis 2005 où le 1er jugement du tribunal administratif disait que la présence d’amiante était « infinitésimale » et que le site était « non pollué ». Depuis l’été dernier, le chantier est arrêté afin qu’une expertise judiciaire puisse dresser les responsabilités et que la mairie ne se retrouve pas seule à payer la dizaine de millions d’euros de la dépollution.

« il est fort probable qu’on ne réintégrera pas en septembre »

Les doutes que notre blog avait relayé sur la date de réintégration de l’école du bourg, bien que critiqués de façon allusive par le maire lors de cette soirée, ont été pourtant confirmés par Deltaville et par l’adjoint Guy Challier qui estime qu' »il est fort probable qu’on (les élèves) ne réintégrera pas en septembre« .

Comme nous l’avions expliqué, l’expert judiciaire doit rendre son constat et ses préconisations le 15 juillet prochain. Deltaville estime que les travaux pourraient durer jusqu’à 3 mois et demi. Certaines personnes ont fait constater que le calendrier risque donc d’être fort serré pour des travaux terminés avant la rentrée des classes (Deltaville a tout de même parlé d’une possibilité hypothétique que les travaux puissent redémarrer avant la remise du rapport de l’expert).

16 ans de lutte

Gérard Voide pré­sident du Col­lec­tif des Rive­rains et Vic­times du CMMP a aussi dressé l’historique des 16 ans de lutte des associations pour faire reconnaitre la réalité de la présence de l’amiante et obtenir une dépollution qui ne soit pas à ciel ouvert comme le voulait la préfecture. Les associations ont aujourd’hui recensé 93 malades dont 54 décès dus à l’amiante. M. Voide a fustigé l’ancien exploitant « qui a dissimulé de l’amiante partout » et qui en décembre 1995 avait juré, la préfecture entérinant ses propos, ne pas avoir produit d’amiante après guerre (celle-ci a en réalité duré au moins jusqu’en 1975, la manipulation d’amiante aurait continué jusqu’en 1986).

Pour le chantier M. Voide a réclamé que soit fait un sondage dans la cour de l’école et qu’une procédure d’ouverture des tombes du cimetière soit mis en place. En effet pendant les nombreuses années d’activité du CMMP, une poussière blanche recouvrait les tombes. Enfin, il a demandé, qu’à l’issue de la remise du rapport de l’expert judiciaire, un « consensus large » soit dégagé pour savoir comment dépolluer.

Dis­clai­mer (déga­ge­ment pour conflits d’intérêts): Je pré­cise que je suis délé­gué de parents d’élèves sur la mater­nelle du Bourg et que je suis intervenu à ce titre au cours de la réunion sur les questions de délais de réintégration.

(Merci à Stéphane pour l’excellent titre)

Articles similaires:

Les commentaires sont fermés.