Commentaires sur : AFP: Un ouvrier de PSA menacé de licenciement car trop souvent malade https://monaulnay.com/2008/09/afp-un-ouvrier-de-psa-menace-de-licenciement-car-trop-souvent-malade.html Mon, 08 Sep 2008 09:27:58 +0000 hourly 1 Par : laurent Comparot https://monaulnay.com/2008/09/afp-un-ouvrier-de-psa-menace-de-licenciement-car-trop-souvent-malade.html#comment-4518 Mon, 08 Sep 2008 09:27:58 +0000 http://60gp.ovh.net/~monaulna/?p=1676#comment-4518 CES USINES QUI DÉVORENT SES OUVRIERS…
L’adoption du « Toyotisme » par les industries automobiles européennes n’est pas étranger au malaise des salariés en particulier des ouvriers de ce secteur.
Ce système de production élaboré dans les années cinquante par un ingénieur japonais, Taiicho Ohno vise à rationaliser le processus de production en évitant toute perte de stock et de gestion du temps de travail des collaborateurs.
Cette méthode de travail repose sur plusieurs principes tels que le « just-in-time », le travail en équipe, le management par le stress, la flexibilité des travailleurs, les pyramides de sous-traitance, le management participatif…
Dans le fordisme, l’ouvrier n’était que responsable de sa production. Chez Toyota et chez tous les contructeurs automobiles qui ont désormais copié ce modèle, l’ouvrier est responsable de sa production au regard de son équipe « team », mais aussi du « team leader », du « group leader », du « team manager »…
Variable essentielle de ce modèle économique, l’ouvrier subit une forte hausse de sa productivité par autodiscipline en intériorisant les contraintes de production fixées par sa direction, par pression de son groupe (« team ») sous peine de se faire ostraciser par les autres membres et enfin par les différents échelons de supervisation.
La conséquence est certes physique avec une recrudescence des troubles musculo-squelettiques (TMS) : tendinites à l’épaule, syndrome du canal carpien, affections au genou ou au pied… Cela représente 70 % des maladies professionnelles en France et un arrêt maladie sur quatre.
Ces pathologies ne sont pas les seules : elles ne prennent pas en compte toute une série de signes infra-pathologiques (maux d’estomac, psoriasis) qui précèdent les TMS. L’extrémité de cette chasse au temps est hélas le suicide.
Comme dans l’affaire du technocentre Renault, on parle beaucoup des suicides liés au travail mais jamais de toutes ces pathologies liées aux cadences accrues et à la gestion par le stress.
Il serait temps que les entreprises assument leurs pleines responsabilités et cessent de rejeter leurs salariés brisés.
A lire : « Toyota : l’usine du désespoir » de Satoshi Kamata, éd. Demopolis
Lien sur Groupe d’ Etudes et de Recherches Permanent sur l’ Industrie et les Salariés de l’ Automobile : http://www.gerpisa.univ-evry.fr/

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown
]]>